L'université de tous les savoirs ouverte à tous

Ciné-club

Projection au cinéma Diagonal , 5 rue de Verdun à Montpellier

Débat à la salle Pétrarque, 2 Place Pétrarque

Tram : Arrêt Comédie ou Corum

 

Continuité d'activités :

Vous trouverez ci-dessous les informations relatives aux films sélectionnés par Mme Malige.

Vous pourrez visionner ces films sur des plateformes de téléchargement légales, via internet.

Le débat sera remplacé par une analyse audio du film, enregistrée par Mme Malige,  que nous vous transmettrons par mail.

 

Lundi 16/03/2020 (séance de rattrapage) :

« YOYO » un film de Pierre Etaix

Cliquer sur le lien : Photo Pierre Etaix

Nous connaissons Jacques Tati, il serait dommage d’oublier Pierre Etaix, et son personnage comique, sorte de Pierrot mélancolique, maladroit et tellement poétique. Avec Jean Claude Carrière, que nous avions eu le privilège d’interviewer à propos de « Yoyo », nous vous offrons une leçon de cinéma originale, unique, exceptionnelle.

Voici un lien pour un extrait du film : https://www.youtube.com/watch?v=WwP8miXVl7I

 

Lundi 23/03/2020 (séance de rattrapage) :

« HABEMUS PAPAM  » un film de Nanni Moretti (2011)

Ce film est l’occasion de revoir Michel Piccoli dans un rôle à la mesure ou la démesure de cet homme qui a eu une carrière exceptionnelle aussi bien au théâtre qu’au cinéma.

Personnage assez secret capable de grandes colères comme de la justesse émotionnelle dans des rôles plus ambigus où la fêlure n’est pas loin malgré l’apparence.

Un film audacieux signé par le talentueux Nanni Moretti.

Cliquer sur le lien : Photo du film

Voici un lien pour un extrait du film : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19229536&cfilm=173469.html

 

Lundi 30/03/2020 :

« Voyage en Italie » un film de 1953 de Roberto Rossellini avec Ingrid Bergman et Georges Sanders.

Evidemment vous connaissez ou en tout cas  vous avez entendu parler de « Rome ville ouverte » réalisé en 1945 qui fut très mal accueilli mais qui n’arrêta pas Rossellini car en 1946 il réalisait « Païsa » Il avait alors 40 ans. Des films qui s’inscrivaient dans le néo-réalisme italien. : « Des films sans artifice, sans scénario, autant que possible sur le vif » C’était une idée conçue par des anti-fascistes vers 1942, un mode de réalisation, un état d’esprit, une vision réaliste du monde après la guerre. Une esthétique proche du documentaire. Mais pour l’heure, focalisons nous sur « Voyage en Italie », c’est son 3e film avec Ingrid Bergman, après Stromboli en 49 et Europe 51. Le scénario, c’est l’histoire d’un couple, brouille et réconciliation (sujet classique, souvenons nous de L’Aurore de Murnau où la nature, l’environnement comme ici sont très importants) mais c’est aussi une réconciliation entre la mort et l’enfance.

Un couple d’anglais donc qui vient en Italie pour une affaire d’héritage. C’est un film de sensations où lumières et ombres se succèdent. Cette histoire est comme une tragédie grecque, et Naples serait le chœur antique qui ramène à la réalité. Les cadrages sont signifiants, enfin bref, vous l’avez compris, un film à revoir ou à découvrir.

Voici un lien pour un extrait du film : https://www.youtube.com/watch?v=8czjls0IcDo

 

Lundi 20/04/2020 :

« ALEXANDRA »  réalisé par Andreï Sokourov en 2007

Influencé par Andreï Tarkovski dont il a été l’élève, Alexandre Sokourov réalise une œuvre de grande qualité avec l’utilisation de la technique numérique pour mieux raconter ses histoires. Celle contée dans le film « Alexandra » en 2007, est une rencontre entre deux mondes qui s’opposent mais où la nature humaine reste (parfois) exemplaire. Nous sommes en guerre : La Russie contre la Tchétchénie. Et Sokourov privilégie la relation entre Alexandra, une grand-mère exceptionnelle qui décide d’aller voir sur le front, son petit fils, vaillant soldat, colonel russe. Ce n’est pas la guerre qui l’intéresse, mais les relations intimistes qui ont une valeur universelle.

Cliquer sur le lien : Photo du film

Voici un lien pour un extrait du film : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18730909&cfilm=112225.html

 

Lundi 27/04/2020 :

« MEDÉE » de Pier Paolo Pasolini réalisé en 1969

Médée, La Callas et Pasolini, un trio gagnant qui donne une œuvre de très grande qualité. « Une histoire compliquée  car faite de choses et non de pensées » dira le Centaure joué par Laurent Terzieff. Deux mondes s’affrontent, le sacré et le profane et Pasolini est du côté où le monde archaïque, le surnaturel, était quotidien.

Et donc le film est une œuvre de lumière, sacrale.

Cliquer sur le lien : Callas et Pasolini pendant le tournage

Voici un lien pour un extrait du film : https://www.youtube.com/watch?v=YWlwhq9TUgk

 

Lundi 04/05/2020 :

« LE LAC AUX OIES SAUVAGES » de Diao Yinan (2019)

Un polar d’une grande beauté plastique et une ambiance à la Orson Welles ou à la Wong Kar Waï. Tout y est : poursuite, traque, enquête, rédemption, survie et les femmes ont un très beau rôle. Un film qui a suscité l’admiration de Quentin Tarantino lors de sa projection à Cannes, on comprend pourquoi.

Cliquer sur le lien : Photo du film

Et voici un extrait au début du film : https://cineuropa.org/fr/video/rdid/371025/

Ce film est notamment visible sur la plateforme "universciné".

 

Lundi 11/05/20 :

« LES LOIS DE L’HOSPITALITÉ » réalisé par Buster Keaton (1923)

Buster Keaton n’est pas seulement un personnage burlesque, mais aussi un vrai metteur en scène qui joue de son visage, toujours impassible, sans démonstration de sentiment, de son corps, un corps d’athlète, casse-cou, endurant, mais aussi de l’espace, celui de la fiction ainsi que celui du cinéma. Et le plus époustouflant c’est que les cascades, les acrobaties sont faites sans trucage, Keaton pensait que pour que le public accroche il fallait que ce soit réaliste. Il a déclaré « J’étais plus fier de ce film que de tous ceux que j’avais jamais réalisés ».

Cliquer sur le lien : Une scène du film

Voici le lien pour voir le film sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=S8KZHQoX4vg

 

Lundi 18/05/20 :

« MINUIT À PARIS » de Woody Allen réalisé en 2011

Un film au charme fou. Un Woody Allen qui nous entraîne dans un monde rêvé, une ballade nocturne qui fait voyager à travers le Temps, dans un Paris qui joue sur la réalité et l’imaginaire. Si vous avez aimé « la rose pourpre du Caire (1984) où l’héroïne tombait sous le charme d’un personnage sur pellicule de cinéma qui sortait de l’écran pour la rejoindre, vous serez séduit par ce personnage qui, lui aussi, a besoin de sortir de sa réalité pour survivre et rejoindre un Age d’or révolu. Vive le cinéma !

Cliquer sur le lien : Photo du film

Voici un lien pour un extrait du film : https://www.youtube.com/watch?v=JABOZpoBYQE

Ce film est notamment visible sur la plateforme "universciné".