L'université de tous les savoirs ouverte à tous

Histoire de l'art (Module A)

Salle Pétrarque - Mardi de 11h à 12h30
 

Madame Elsa TRANI, Docteur en Histoire de l'art

« La peinture française : 1600-1650 »

 

La peinture française de la première moitié du XVIIe siècle reste d’une extrême richesse, de par la diversité des talents et des courants artistiques qui ont émergé. Dès la fin du XVIe siècle, le royaume accueille de nombreux maîtres étrangers, qu’il s’agisse d’Italiens ou de peintres septentrionaux pour orner les palais. Ce regroupement d’artistes est reconnu sous le nom d’École de Fontainebleau. Différents courants artistiques venus d’Italie ou des provinces du Nord imprègnent la peinture du début du siècle, tels le maniérisme et le caravagisme, ouvrant la voie à un art plus réaliste que caractérisent les productions des frères le Nain et de Georges de La Tour. Mais à partir du règne de Louis XIII, une peinture française s’affirme avec l’ambition de rivaliser avec Rome. Le roi rappelle ses talents à la Cour : Simon Vouet (1590-1649) et Nicolas Poussin (1594-1665). Au milieu du siècle, les peintres marchant dans les traces du grand maître classique ne se forment plus nécessairement à Rome, tant Paris regorge d’ateliers florissants. Une Académie de peinture est créée en 1649 alors qu’apparaît un courant artistique bien singulier, l’atticisme parisien. Paris devient bientôt un foyer artistique européen, au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Calendrier des séances :

 

29 septembre 2020 : L’École de Fontainebleau et le maniérisme en France.

13 octobre 2020 : Les caravagesques français.

03 novembre 2020 : Les peintres de la réalité : Georges de La Tour (1593-1652) et les frères le Nain.

17 novembre 2020 : La naissance du baroque en France : le retour de Simon Vouet (1590-1649).

1er décembre 2020 : Nicolas Poussin (1594-1665) et l’émergence du classicisme français.

15 décembre 2020 : L’atticisme parisien et le paysage classique.

 


Tarif : 45 euros